Menu
Culture / Litterature

Le Royaume de Séraphin de Mélodie Ducoeur : l’amour plus fort que la mort

Le Royaume de Séraphin, édité chez plumes de cœur éditions, est un ensemble de textes qui ont été reportés sous différents formats, adaptés pour un large lectorat. C’est-à-dire que chaque livre a été organisé et mis en page, de façon à convenir à un certain âge. Les plus petits pourront rêver devant des illustrations, présentes dans un album par exemple. Les enfants plus âgés peuvent se permettre de découvrir des romans, tout comme les adolescents. Le tout a été écrit dans un style efficace, sans fioriture ni artifice. En réalité, Mélodie Ducoeur a décidé de puiser dans cette nouvelle qui a été mise à l’honneur pour son originalité et son bon sens. À partir de cette petite histoire, l’intrigue du Royaume de Séraphin s’est transformée en champ fertile. Il suffisait pour elle de planter les graines, afin de voir la forêt naître : des livres intelligents et divertissants, qui poussent le lecteur à réfléchir et même à s’éduquer.

Mélodie Ducoeur, une plume à découvrir

Au sein des livres, plusieurs personnages principaux reviennent et sont exposés au-devant de la scène. Par exemple, le premier nom qui nous vient à l’esprit est celui de Dimitri, autoproclamé roi Delalune. Un enfant atteint d’un trouble de déficit de l’attention. Cette forme d’hyperactivité le handicape fortement dans la vie de tous les jours. Les adultes le prennent facilement pour un gamin impoli et mal-éduqué, tandis que ses camarades se moquent de lui. Il lui arrive même de se battre. Sa mère Gaëlle est très concernée par l’état de santé de son petit, qui la rend très triste, impuissante. Elle monte un spectacle pour l’école, afin de mettre en scène son fils, espérant sensibiliser tout le monde au sujet de cette neuroatypie, qu’il est urgent de reconnaître. Pourtant, cela ne suffit pas, car Dimitri a atteint ses limites. Dépourvu de patience et déterminé à en finir, il se jette du haut d’un pont et meurt à l’âge de dix ans.

Le royaume de Séraphin, une véritable évasion

Mais l’ouvrage ne s’arrête pas là. L’écrivaine développe tout un arc, qui va être le lieu principal de toutes les intrigues, et ce dans tous les formats du Royaume de Séraphin… Et c’est dans le titre que tout se passe ! Ce paradis idyllique est l’endroit de rencontre de plusieurs protagonistes, dont Séraphin, Dimitri, Timéo, Titouan, Tifanie, Martine, Lucas, Sophie, Clara, etc. Une ribambelle de noms qui marque durablement l’esprit du lecteur. En effet, Mélodie Ducoeur parvient à tirer profit de sa plume épurée et précise, afin de créer des personnages qui sont très rapidement identifiables, avec leur propre personnalité et description physique. Cela permet à chacun de ne pas se perdre dans cet océan d’informations. De plus, cette dimension parallèle est très bien structurée. C’est un véritable système, où chacun se voit confier un rôle particulier.

Un approche spirituelle

Cependant, le Royaume de Séraphin traite une spiritualité plus proche de l’Occident. Les bébés ont des ailes, comme les séraphins de la Bible. Cela montre que, partout dans le monde, les vivants se sont interrogés sur le monde des morts et l’ont imaginé parfois d’une manière très semblable, malgré la différence de culture.

Mélodie Ducoeur présente une œuvre complète, qui permet de toucher à toutes les générations. Cela donne l’occasion aux jeunes enfants, par exemple, qui ont perdu un petit frère ou une petite sœur, de percevoir autrement son environnement. Évidemment, l’objectif n’est pas ici de leur mentir, de leur affirmer haut et fort qu’il existe bien un paradis où ils iront. Après tout, la croyance ne repose pas sur l’existence brute d’un lieu, d’une personne, mais plutôt sur l’influence de cette foi, dans la vie de tous les jours. Pour la plupart des parents qui ont dû faire face à la mort injuste d’un bébé, ce traumatisme génère un véritable stress, qui peut totalement bouleverser une famille. Cela peut être l’issue fatale d’une longue maladie, tel un cancer… Ces situations sont finement décrites par l’auteure, qui manie très bien l’art de créer une atmosphère triste, comme une scène de joie ultime. Au cœur du Royaume de Séraphin, les sentiments de chacun explosent. Cela peut être de la colère, du déni, de la nostalgie… Tant de mots qui font partie du lexique du deuil et de ses cinq stades, comme définis dans les travaux de la psychiatre Élisabeth Kübler-Ross.

Un voyage au cœur de l’émotion

En définitive, Mélodie Ducoeur propose un voyage aux épreuves redoutables, qui susciteront une vive émotion. Mais loin de tomber dans le pathos, elle ne cherche pas à apitoyer son lectorat, mais à lui donner la force suffisante et nécessaire pour affronter les aléas d’une vie qui peut sembler injustice.

Le Royaume de Séraphin est une réussite sous bien des angles, et permet à chacun de trouver le réconfort, l’énergie pour accepter l’autre, malgré ses défauts. Lutter contre le harcèlement, valoriser la différence et enfin accéder à la paix intérieure…

No Comments

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.